• Là, je replonge en plein mélo-drame. Ma période sombre a ressurgit et j'ai retrouvé mon cynisme grinçant. J'arrive même à pleurer et m'interresser à des trucs culturels en dépis de mes occupations actuelles. Remise en question donc.

    Faut que je réfléchisse à :

    - Pourquoi ça a commencé à foiré, et comment ?

    - Qui suis je ?

    - Que fais-je ? Et pourquoi ?

    - Qui est mon ami(e) ? Et suis-je sur de vouloir le garder ?

    - Peut-on effacer le passé ?

    - Peut-on passer outre les obstacles qui nuisent à nos projets d'avenir ?

    - Peut-on aimer à en perdre la raison ?

    - Où vais-je ? Et pourquoi ?

    - Pourquoi le repos me fuit-il ?

    - Qui a inventé les ordinateurs ? Et le téléphone ? Et la poste ? Et le télégraphe ?

    - Dans quel camp suis-je ?

    - Est-il normal de vouloir aider son prochain sans y arriver vraiment par manque de moyen ?

    - Est-il normal d'avoir le sentiment d'avoir quelque chose d'horrible à cacher alors qu'il n'y a rien à cacher ?

    - Ai-je un ange gardien ? Et comment se nomme t-il ?

    - Qui dois-je maudire ? Le temps ? L'argent ? Le destin ? Moi ?

    - Pourquoi je suis triste ?

    - Que se serait-il passé sans la sclérose en plaque ?

    - Que se passe t-il si on touche l'anti-matière ?

    - -1 ou +7 ?

    - 42 ou 23 ?

    - Suis-je un bon amant ? Et amoureux ?

    - Que faire pour changer ce qui ne vas pas ?

    - La surprise est-elle nécessaire ?

    - En qui dois-je avoir confiance ? Qui détient la vérité ?

    - La maturité arrive t'elle avec l'âge ou proviens t-elle d'autre chose ?

    - La raison donne t'elle la clef de la vie comme le disaient les Lumières ?

    - La compréhension, l'analyse et les sciences me détruisent-ils ? Et Nous ?

    - Quel comportement adopter face à la contradiction ?

    - Pourquoi ai-je l'impression de voir ma vie s'effondrer ?


    6 commentaires
  • Musique : Apoptygma Berzerk - Soultaker


    Elle est là... endormie. Avant de poser sa tête sur l'oreiller, elle m'as souris et a dis : "je ne dors pas, je m'économise." Je lui ai souris en retour et me suis replongé dans mon texte d'anglais sur l'ampoule. C'était il y a deux heures... Depuis, elle est alongée sur mon lit, une expression tranquille sur son visage de couffin. Et moi, je reste là... à attendre je ne sais quoi, à la regarder dormir.


    Quel bordel dans ma chambre... Mon dieu, il serait temps que je m'ordonne un peu. Une malle en plastique devant ma cheminée a été décapitée et a recraché son contenu devant elle, des peluches en l'occurrence. On dirait un volcan après une éruption, une entrée béante ayant déversé les entrailles de la terre devant elle. Cette coulée de jouets a recouvert presque entièrement le tapis de syllabus trainant devant la-dite malle... Je vais m'amuser pour retrouver celui d'anglais pour demain.


    J'ai l'impression que toute ma vie est devenue bordélique depuis quelques temps. Je vis à présent quasiment au jour le jour, ne sachant pas à quoi m'attendre en me levant le matin. Cela m'as tout d'abbord surpris que je supporte cette instabilité, mais au final, ça commence à me plaire ! Ce qui me laisse dire ça peut se résumer en deux points : Premièrement, à l'école, on a jamais deux cours pareils, on ne voit que rarement les mêmes têtes toute la journée et les horaires sont souvent chamboulés... Je me suis vite apperçu que la routine de la secondaire me pompait et que le changement universitaire m'a fait beaucoup de bien. Ensuite, il y a Elle, celle-là même qui dort toute habillée sur mon lit en ce moment. Ce qu'elle m'a apporté exactement en plus qu'avant, je ne saurait vous le dire... Mais je sais que depuis que Nous est concret, ma vie s'est considérablement améliorée : plus de solitude perpétuelle, d'espoir brisés, de souffrances à la vue des autres, de doutes, etc. J'ai trouvé à ses côtés l'équilibre dont j'avais besoin. D'autre part, grâce à elle, chaque instants où nous nous retrouvons devient un moment magique souvent inattendu... Ce sont ces moments là que j'apprécie.


    D'autres part, je sais que si moi, je suis heureux, d'autres ne le sont pas du tout [du moins en amour]. Et parfois... je me sens comme qui dirait coupable d'être heureux... Oui, je culpabilise. Pourquoi ? Mais c'est très simple... Il était une époque où j'étais célibataire désespéré moi aussi et j'en voulais presque inconsciemment à mes amis d'êtres heureux en amour ! Je sais, ça peut paraitre stupide, mais au vu des réactions de certains par rapport à Nous, je me permet de croire que ces personnes sont susceptibles de nous en vouloir inconsciemment comme moi je le faisais... Et je les comprends. C'est pourquoi j'essaye de ne pas imposer la vue de ce Nous sous son jour le plus enflammé à ces personnes, même si ça demande des efforts. Heureusement, jusqu'à maintenant je m'en tire bien, Elle aussi d'ailleurs [je l'aime pour ça également].


    Oui, ma vie a changé... Plus en bien qu'en mal, ça, c'est sur. A présent, j'aimerai juste que ce que tout ceux qui sont dans la situation dans laquelle j'étais ne désespèrent pas non plus... La plupart de ceux que je connait sont des gens vraiment exceptionnels et ne sauraient pas rester seuls très longtemps sans faire Une rencontre [par "pas très longtemps", j'entends 6 mois au maximum, mais qu'est ce que c'est par rapport à une vie ?]. Ne perdez pas espoir, je suis sur que votre heure viendra...


    Bon, sur cette touche de guimauve, je vais vous laisser et aller La rejoindre dans les bras de morphée...


    1 commentaire
  • Les solutions finissent par arriver... Je suis bien content de ne pas avoir forcé les choses.



    Il ne reste plus qu'à aller m'excuser auprès de "M"...



    [Création d'une nouvelle rubrique : "11 Septembre"]


    votre commentaire
  • Et de quatre.
    Mais cette fois, c'est encore différent. J'ai l'impression d'avoir basculé pour de bon, j'ai même vascillé. Ce fut comme si Elle m'avait donné un coup de fouet, tous mes doutes se sont alors évanouis, le soleil s'est levé et je Lui ai souris.



    J'ignore quel pouvoir étrange elle détient, mais c'est magique, maintenant, j'en suis convaincu. Tant dannées de doutes, de questions et de douleur réduites à néant en un seul mot, il a suffit d'une syllabe pour me réconcillier définitivement avec Moi.



    Oui, finalement, il est possible de m'aimer, il est possible que j'aime et il est possible que Elle soit celle que j'attendais.
    A nouveau cet espoir...



    Mais il se mue en quelque chose de plus doux et plus savoureux... Je ne sais pas encore de quoi il s'agit, tout est si confus... Mais c'est bon.


    votre commentaire
  • Une fois de plus, j'ai la preuve que je ne sais pas réagir au bon moment face à une situation de crise. Quand "V" m'annonça d'emblée qu'elle m'aimait, je n'ai pas réagit. Quand elle m'annonça que j'étais tout dans sa vie et que le reste n'avait pas d'importance, je suis resté de marbre. Et finalement, quand elle m'annonça qu'elle voulait entrer dans la même faculté que moi, j'ai ravalé ma rage et mon dégoût...




    A trois reprise, j'aurais dû laisser éclater mes pensées au grand jour, et par trois fois, j'ai ravalé ce que j'avais sur le coeur de peur de blesser quelqu'un. Cette peur maladive, appelons la de la lâcheté. Je suis comme ça, je ne laisse que difficilement transparaître mes sentiments, on peut appeler ça de la timidité aussi. D'autre part, je ravale tous ces resentiments et les laisse pourrir quelque part dans mon esprit, on appelle ça du masochisme.




    Aujourd'hui, je me trouve devant un choix similaire, mais je ne compte pas réitérer mes erreurs passées.




    Je dois savoir ce qui se passe, savoir ce qui a été convenu lors de cette nuit décisive. Sur le moment, je n'a pas réagis, de peur d'avoir mal compris et de la repousser pour quelque chose qui m'aurait échappé.




    Je reste intimement convaincu de Lui avoir dis vouloir garder mes distances avec Elle en la présence de "M".
    Ensuite, Elle me dit que le meilleur moyen pour qu'il tourne la page est de nous montrer tel que nous sommes ensemble : heureux.




    Alors que faire ?




    - Me fier à mon instinct et aller trouver "M" et lui déballer tout ce qui précède à la recherche de son avis.
    - Me fier à mes impressions de malaise constantes à l'appart' et Lui expliquer que je veux limiter tout contact avec elle en la présence de son ex ?
    - Me fier à Son jugement en dépis de l'avis des autres et laisser filer ?
    - Ou alors la solution que j'aurais choisie à l'époque : fuir l'appart' autant que possible ?




    Je ne peux me résigner à choisir la dernière solution (que je trouve maintenant abberante)... Mais une chose est sure : je dois réagir, et vite.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique