• La vie est une valse. Oui, une valse de Chostakovitch même, peut-être la numéro deux... Je ne sais pas, c'est rhytmé en tout cas. Et comme dans cette valse, il y a des hauts et des bas, des surprises et des reprises. Ces derniers temps, j'ai  l'impression de danser sur cette mélodie... Mais cette fois, je ne suis plus seul sur la piste de danse.


    Une fois de plus, je m'aperçois à quel point les films ont raison : notre vie peut basculer ou s'envoler en quelques secondes, en un claquement de doigts. Dans mon cas, se serai plutôt un tapotement sur un clavier mais bon... Je me comprends. Enfin bref, il n'y a pas que pour ça que je me retrouve dans les films... Rien que ces deux derniers jours, je m'y suis suis retrouvé à deux reprises.


    Dans le premier - Human Trafic - il y avait ce personnage, le héros principal soit dit en passant, qui me correspondait en de nombreux points : paranoïaque, indécis, complexé et il avait cette manière de penser qui me faisait tant penser à moi... J'ai adoré ce film.


    Dans le second - La fille de l'eau - j'y ai plutôt retrouvé notre groupe dans la "guilde". Il s'agit en fait d'une bande de jeunes (campés dans une pièce confortable et fumant sans arrêt), discutant ensemble de tout et de rien, de sujets aussi divers qu'inutiles, sans se lasser. A ce passage du film, je ne pûs m'empêcher de repenser à ces soirées interminables où nous discutons des mêmes sujets extravagants sur un air de Pink Floyds et un verre de whisky à la main... J'espère que ça ne s'arrêtera jamais.


    A côté de ça, j'ai le plaisir de vous annoncer que je suis depuis 10 jours en première année bachelier en Biologie à l'université de Liège. Et depuis dix jours du lundi au vendredi, je vais voir les caricatures, en plus intelligent, de Mr Bean, François Pirette et Marc Herman faire un show de deux heures/jour devant un public de 140 étudiants captivés. Jamais je n'aurais cru que des profs d'université puisse ressembler autant à des comiques tout en donnant un cours sérieux sur la biologie cellulaire, animale ou la chimie... [En dehors de ces cours passionant, je ne vous parle pas des 2600 pages de syllabus que je devrai assimiler avant la fin de l'année].


    En fait, l'unnif, c'est vachement cool, c'est nous les maîtres de nos études, on décide d'aller ou pas aux cours, on vit dans un milieu super convivial et studieux, les occasions de se distraire ne manquent pas, on se fait plein de nouveaux potes, on étudie les matières qu'on aime et on voit enfin une utilité à étudier... Je m'y plait déjà.


    Et pour finir... Il y a Elle.


    votre commentaire
  • [Cet article a été rédigé le 29/08 et corrigé aujourd'hui] 


    Je disais dans l'article du 27 que j'avais découvert le truc qui m'attirait aux limites du possible chez une fille : son individualisme ! Je me demande pourquoi il en est ainsi, mais quand je fais la liste des filles sur qui je me suis déjà pris un flash, c'est une donnée récurente : elles étaient seules ! Non, je ne pense pas que le terme individualiste soit tout à fait approprié pour résumer tout les cas, mais du moins, elles étaient seules.


    Je m'apperçois soudain que ce qui me fascine chez les gens, c'est leur capacité à s'assumer eux même et leur amour propre. Je cherche et un reflet et un opposé. Un reflet en la personne qui s'assume elle même, dans mon cas, la solitude ne m'est plus étrangère et est même devenue une compagne. En effet, toute ces années de solitude sociale m'ont appris une chose : on a pas besoin des autres pour ne pas s'ennuyer, de plus, j'ai pris goût à cette solitude et je l'apprécie. Ce dont j'ai horreur par contre, c'est la "fausse non-solitude", par exemple dans le bus, chacun est refermé sur lui même, en présence de pleins d'autres personnes, on est seul mentalement, mais pas physiquement, je déteste ça. En bref, la solitude physique m'est indispensable et je cherche précisément une fille qui partagerait cet amour, je n'aurais ainsi aucuns scrupules à profiter de ma solitude vitale, vu qu'elle en profitera tout autant que moi.


    Ensuite, je cherche quelqu'un qui s'aimerai elle même avant d'aimer les autres. Je pense que c'est indispensable aussi pour pouvoir aimer, il faut d'abbod apprécier l'être que l'on est et atteindre l'harmonie du corps et de l'esprit. C'est là que je coince. Je n'ai jamais apprécié ce corps que m'a donné la nature... Certainement parce que pendant mon enfance, trop souvent on s'est moqué de moi sur ce sujet... Par conséquent, je ne suis jamais sur de moi, j'ai toujours l'impression d'être déplacé, que tout le monde me regarde... C'est peut-être aussi pour ça que je n'arrive pas à trouver l'amour.

    En gros, je cherche une fille qui n'aurais pas besoin de moi, il faudrait qu'une fille qui s'auto-suffise tombe amoureuse d'un gars qui a un complexe d'infériorité... Putain, je suis vraiment pas prêt de tomber sur la bonne.


    1 commentaire
  • Note : ne plus jamais tomber amoureux ou aider les autres.


    Je comprends à présent pourquoi je ne veux plus jamais, vous m'entendez ? JAMAIS sortir ou avoir une relation plus proche que l'amitié avec un être humain. Les humains sont des créatures démoniaques qui devraient toutes brûler en enfer, ils ne passent leur putain de vie misérable et pitoyable qu'à se détruire les uns les autres et à s'auto-détruire. Je devrais partir d'ici sur le champs afin de vivre en reclu dans un monastère tibétain, emmurez moi et ne me parlez plus jamais de "coup de foudre", de "destin", ou de charité...


    2 commentaires
  • Houlà, ça vient de me tomber dessus, d'un seul coup, je me sens aussi seul qu'un astronaute dans l'espace, désespérément solitaire. C'est curieux, en général, ça ne me rend pas si malheureux de me rendre compte que l'amour est étrangement absent de ma vie... Même les paroles dures et rugueuse de Laibach n'arrivent pas à me distraire de ce sentiment écrasant...


    J'aimerai dans ce moment précis que mon pc se change en ami(e) qui me tendrait la main et me laisserait pleurer sur son épaule toute mon amertume par rappoprt à cette journée épouvantable que je viens de vivre. J'ai appris que "V" compte faire les mêmes études que moi, que je vais devoir la supporter elle et son intolérable présence encore pendant un bon bout de temps. Je ne peux pas l'accepter, je refuse d'envisager ça, je ne veux pas... NON !


    C'est impossible, pas elle !  La seule personne que je ne peux supporter d'avantage de voir... Et elle vient dans la même faculté que moi, dans les mêmes amphis ! Alors qu'avant, elle allait être bien loin de moi, me laissant profiter des vestiges de mon meilleur ami. Mais non, elle va de nouveau être collée à lui, de nouveau tirer sans arrêt la gueule, de nouveau répandre sa mauvaise humeur comme un poison autour d'elle, de nouveau me rendre plus malheureux que jamais, m'imposer la vision de sa triste et pitoyable existence. Et nom de dieu, je prie pour qu'elle lise cet article et qu'elle disparaîsse une bonne fois pour toute de ma vie, SALE PETASSE !!!!!!!!!!!!!


    Toi, "V", si jamais tu lis cet article, sache que je te hais, encore plus que n'importe qui ou n'importe quoi sur Terre, je veux que tu disparaîsse définitivement de ma vie et que, pour une fois, tu mène ta propre existence sans la calquer sur celle des autres (de moi et "B" en l'occurrence).


    Si jamais c'est toi, "B", qui lis cet artricle, transmet à ta copine, et si jamais elle s'avise de venir dans notre option et renouveller les scénarios de cette année, sache que notre amitié s'arrête ici, maintenant et sans préavis. Ceci est effectivement un ultimatum et une menace, vu que la méthode douce a échoué, je vais devoir faire remonter ce sentiment basique et que je déteste à la surface : la haine. La violence si il le faudra, mais je refuse catégoriquement de pourrir mon parcours universitaire pour toi.


    2 commentaires
  • Voici une liste non exhaustive de me envies immédiates (n'allez pas me demander pourquoi j'écris ceci, j'en ai simplement envie, là, maintenant, tout de suite)


    Dans l'immédiat, je veux :


    - Un verre de vodka frappée.
    - Une tablette de chocolat côte d'or 70% cacao.
    - Me retrouver 12kms plus au sud pour partager une super soirée avec mes amis.
    - Baucoup d'argent afin de m'acheter le pardessus, le pendentif et le bracelet dont je rêve.
    - De l'action.
    - Une nouvelle coupe de cheveux.
    - Une copine pour baiser comme des bêtes pendant toute la nuit.


    Dans la vie, je veux :


    - Plein d'argent pour pouvoir faire plein de soirée avec plein d'alcool.
    - Une copine aimante et aussi individualiste que moi (car j'ai enfin compris que c'est ce qui m'attire le plus chez une fille).
    - Travailler comme directeur de département dans la rechreche pharmaceutique chez Glaxo Smith Kline.
    - Réussir mes études brillament.
    - Avoir plein d'amis (les actuels seront parfait) pour organiser des mégas fiestas.
    - Des enfants.
    - Pas de voiture.
    - Ecrire des romans que tout le monde lira et aimera (un peu dans le style d'Harry Potter).
    - Une résidence secondaire à New York, Paris, Londre, Nante, Sidney, Dubrovnik et Dublin.
    - Une grande maison (genre chateau) dans laquelle on organisera des mégas fiestas.
    - Un appartement dans le centre de Liège.


    A ma mort, je veux :


    - Etre enterré dans un petit cimetière derrière une église (le cimetière où est enterré Sir Arthur Conan Doyle sera parfait).
    - Que ma fortune soit léguée à des oeuvres de charités.
    - Que pendant mon enterrement, on passe la B.O. de Requiem for a dream.
    - Que sur ma pierre tombale, il soit écrit :



    R.I.P
    Ci-gît G****** E**, brillant scientifique et bienfaiteur de l'humanité.
    Ami, époux et père regretté.
    Treza 73413, l'ordinateur te regrettera.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique