• No-life

    C'est dans un moment pareil que je me rend compte à quel point ma vie actuelle semble linéaire et morne. Dans cet instant solitaire [et non, je me branle pas], je me souviens...


    Je me souviens de cette époque bienheureuse où j'avais du temps à perdre, où réussir brillament ne demandait que trois heures d'études. Cette époque où nous jouions aux cartes entre les cours plutôt que de saisir nos livres pour ratrapper notre retard en math ou bio cellulaire. Epoque où il était possible de passer une journée entière à jouer à la playstation sans remords, sans penser continuellement à cette putain de matière à potasser. Un âge révolu à présent où j'étais disponible pour mes amis.


    Mais deux évènements successifs me donnent parfois l'impression d'avoir anéanti ma vie sociale en un claquement de doigts. Loin de moi l'idée de dire que je regrette ces évènements, non, je pense même qu'ils m'ont été bénéfiques, mais sur un autre plan, j'ouvre ma liste de contacts msn et constate avec dépis que je n'ai plus assez confiance en qui que ce soit pour me confier à lui. Des luttes intestinales semblent déchirer notre groupe si unis autrefois, sans que je sache exactement de quoi il retourne. Pas le temps de penser à ça, devoir rester concentré, tendu vers mon but ultime : réussir cette putain d'année. Et comme mes prédécesseurs, j'apprends à mes dépens que cette réussite a un prix : la vie sociale. Je suis atteint d'un syndrome inquiétant car il m'est totalement inconnu : la no-life attitude.


    Ce terme désigne bien ce qu'il veut dire : le no-life se lève le matin [tard en général], passe sa journée à une seule et même activité, le coupant de toute relation humaine, et ensuite, il se couche. Le lendemain, tout recommence. Moi, c'est pareil, je me lève à 10h, je boit mon café, je synthétise la matière vue le jour précédent, je dîne à 12h, jusqu'au soir, j'étudie la nouvelle matière, je soupe et j'étudie encore jusqu'à 1h, là je passe encore une heure à relire le travail de l'après midi. Voila à quoi se résume ma vie en ce moment.


    Et au final, tout ça pour quoi ? Pour rien... Si au moins, je réussissais... Mais non, j'en suis à mon cinquième examen et probablement le quatrième raté. Le prochain s'annonce comme le plus facile, car ce prof là au moins, nous posera des questions sur sa matière et non sur celle des autres... Oui, il semblerait que ce soit une manie à l'unnif de poser des questions extérieures au cours concerné. D'autre part, je ressens comme qui dirais une profonde fatigue et lassitude, comme si j'avais des années de sommeil en retard... Mon regard èrre le long des équations chimiques à la recherche d'une réponse que je ne trouverai pas... A quoi bon de toute manière ? J'ai raté ce putain d'examen et ce n'est pas en cherchant à trouver mes erreurs/ bonne réponses que ça va arranger quoi que ce soit... Je devais payer cette vieille dette à la paresse et à la vie sociale... Alors je paye. Oui, car il semblerai de toute évidence que je ne travaille pas encore assez, et ma chère mère est bien là pour me le rappeller.


    Autrefois, je réussissai, et j'avais bon coeur à la faire, parce que la plupart des gens de ma famille me soutenaient, appréciaient que je réussisse, et me le faisaient savoir... A présent, j'ai l'impression que ça n'a plus d'importance pour quiconque, que ça en emmerde même certains, parfois moi en premier. Malgré ma passion des sciences, je m'apperçois que si l'année prochaine, on tourne toujours au même régime avec des matières aussi chiantes, je craquerai et changerai d'orientation... Oui, je l'avoue : cette année ne me plait pas... Mais alors là, pas du tout ; trop de pression, trop de truc chiant à étudier, trop de basseries des profs et plus de vie amusante. Aller au cours m'ennuie, j'ai le sentiment que ça ne sert à rien vu que tout est écrit sur papier dans les livres. Etudier ne semble pas servir non plus étant donné que ça ne sert pas à réussir... Alors que me reste t'il ? J'ai l'impression de ne plus avoir d'amis, plus de vie cybernétique, plus de passions, plus de loisirs, plus de temps, plus d'énergie... Il me reste juste Elle... et ces putains de cours.


     


  • Commentaires

    1
    stupidest
    Mercredi 14 Mars 2007 à 09:27
    Hey mister stupid
    Si tu penses que tes etudes ne servent a rien, alors pourquoi tu te fais chier a  les faire ???
    2
    Mercredi 14 Mars 2007 à 21:36
    A rien ? Oo
    Parce que je sais que l'année prochaine, tout changera si je réussi. Parce que je ne perds jamais la foi tant que je n'ai pas perdu complètement. Parce que j'aime les sciences, même si elles ne me le rendent pas maintenant. Parce que mes études servent à quelque chose, j'ai dit que c'était étudier qui ne seravit à rien, faut d'abord lire avant de critiquer. Et surtout parce que ça contenterai trop certaines mauvaises langues qui veulent à tout prix croire que je n'y arriverai pas, juste pour se prouver je ne sais quoi... Peut-être qu'un débile profond dans mon genre ne serait pas capable de réussir des études aussi compliquées que celles que j'ai entreprise.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :