• Routine brisée

    Musique : Apoptygma Berzerk - Soultaker


    Elle est là... endormie. Avant de poser sa tête sur l'oreiller, elle m'as souris et a dis : "je ne dors pas, je m'économise." Je lui ai souris en retour et me suis replongé dans mon texte d'anglais sur l'ampoule. C'était il y a deux heures... Depuis, elle est alongée sur mon lit, une expression tranquille sur son visage de couffin. Et moi, je reste là... à attendre je ne sais quoi, à la regarder dormir.


    Quel bordel dans ma chambre... Mon dieu, il serait temps que je m'ordonne un peu. Une malle en plastique devant ma cheminée a été décapitée et a recraché son contenu devant elle, des peluches en l'occurrence. On dirait un volcan après une éruption, une entrée béante ayant déversé les entrailles de la terre devant elle. Cette coulée de jouets a recouvert presque entièrement le tapis de syllabus trainant devant la-dite malle... Je vais m'amuser pour retrouver celui d'anglais pour demain.


    J'ai l'impression que toute ma vie est devenue bordélique depuis quelques temps. Je vis à présent quasiment au jour le jour, ne sachant pas à quoi m'attendre en me levant le matin. Cela m'as tout d'abbord surpris que je supporte cette instabilité, mais au final, ça commence à me plaire ! Ce qui me laisse dire ça peut se résumer en deux points : Premièrement, à l'école, on a jamais deux cours pareils, on ne voit que rarement les mêmes têtes toute la journée et les horaires sont souvent chamboulés... Je me suis vite apperçu que la routine de la secondaire me pompait et que le changement universitaire m'a fait beaucoup de bien. Ensuite, il y a Elle, celle-là même qui dort toute habillée sur mon lit en ce moment. Ce qu'elle m'a apporté exactement en plus qu'avant, je ne saurait vous le dire... Mais je sais que depuis que Nous est concret, ma vie s'est considérablement améliorée : plus de solitude perpétuelle, d'espoir brisés, de souffrances à la vue des autres, de doutes, etc. J'ai trouvé à ses côtés l'équilibre dont j'avais besoin. D'autre part, grâce à elle, chaque instants où nous nous retrouvons devient un moment magique souvent inattendu... Ce sont ces moments là que j'apprécie.


    D'autres part, je sais que si moi, je suis heureux, d'autres ne le sont pas du tout [du moins en amour]. Et parfois... je me sens comme qui dirait coupable d'être heureux... Oui, je culpabilise. Pourquoi ? Mais c'est très simple... Il était une époque où j'étais célibataire désespéré moi aussi et j'en voulais presque inconsciemment à mes amis d'êtres heureux en amour ! Je sais, ça peut paraitre stupide, mais au vu des réactions de certains par rapport à Nous, je me permet de croire que ces personnes sont susceptibles de nous en vouloir inconsciemment comme moi je le faisais... Et je les comprends. C'est pourquoi j'essaye de ne pas imposer la vue de ce Nous sous son jour le plus enflammé à ces personnes, même si ça demande des efforts. Heureusement, jusqu'à maintenant je m'en tire bien, Elle aussi d'ailleurs [je l'aime pour ça également].


    Oui, ma vie a changé... Plus en bien qu'en mal, ça, c'est sur. A présent, j'aimerai juste que ce que tout ceux qui sont dans la situation dans laquelle j'étais ne désespèrent pas non plus... La plupart de ceux que je connait sont des gens vraiment exceptionnels et ne sauraient pas rester seuls très longtemps sans faire Une rencontre [par "pas très longtemps", j'entends 6 mois au maximum, mais qu'est ce que c'est par rapport à une vie ?]. Ne perdez pas espoir, je suis sur que votre heure viendra...


    Bon, sur cette touche de guimauve, je vais vous laisser et aller La rejoindre dans les bras de morphée...


  • Commentaires

    1
    Phanélia
    Samedi 2 Décembre 2006 à 14:32
    Burps
    Trop de sucre, trop de sucre... Enfin, je suis quand même contente que tu sois heureuse et que tu accepte ta nouvelle vie, tes études, ton quotidien... Bonne continuation mon ami (l)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :